Traces, Faces, Graces

En lien avec la série « Emprunts, Empreints », elle se singularise par une démarche par la volonté de laisser des traces de graphismes de l’empreinte initiale ou tout au contraire par la volonté d’inclure des faces (tronches, gueules) dans les fibres du trait coloré ;

A travers cette recherche, outre le plaisir de peindre pour peindre, se joue une relation plus fusionnelle avecla musique qui certes génère des états d’âme mais dans une approche plus chorégraphique, autorise une gestuelle en rythmes ou le couteau accompagne la mélopée…

De fait, l’œil du regardeur n’est plus « assommé » par le sujet, le thème, la psyché…on revient à la pure sensation, à la projection qui fait du regardeur un second peintre !

J’aurai passé 10 ans à me poser la question de savoir ce que l’on mettait sur une toile, 10 à ajouter, retirer de la matière, 15 à essayer de dire, raconter, espèrer tutoyer l’universel…c’est le temps de l’âge de raison , celui de rejoindre Soulages : « La peinture est une parole muette ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s